Un week-end prolongé à Copenhague : conseils et incontournables

A l’occasion des ponts de mai, nous voulions découvrir une nouvelle capitale européenne et avons choisi – presque au hasard – Copenhague. Nos premiers pas en Scandinavie ! Voici quelques conseils pour découvrir en 4 jours le meilleur de cette charmante ville !

1. Sauter les 2 pieds dans le cliché, à Nyhavn. On a beau savoir que ces quais sont somme toute assez courts, qu’ils ont une grande chance d’être blindés de touristes, et être sûrs que le reste de la ville n’est pas du tout à leur image, on est forcément attirés par ces maisons colorées, plus belles que jamais au soleil de fin d’après-midi. Le charme de ce quartier créé en 1671 pour accueillir les marins de passage est irrésistible.

2. Découvrir un parc de loisirs suranné, le parc Tivoli. Datant de plus de 170 ans, c’est l’un des plus vieux au monde encore en activité. C’est une institution pour les Danois, qui s’y bousculent les longues soirées d’été, pour les attractions (jeux d’un autre âge autant que manèges à sensations) ou pour assister à de nombreux spectacles. On a aimé le côté un peu foutraque du parc avec ses incontournables (le lac, le palais moghol, le pavillon chinois) mais aussi ses recoins pleins de surprises. On y croisera quelques paons pas farouches du tout (attention aux oreilles !).

3. Faire le tour des châteaux. Oui, le Danemark est une monarchie ! La reine actuelle Margrethe II est adorée. Elle mène une vie « normale », ayant longtemps exercé le métier de dessinatrice pour enfants, et sort sans difficulté au milieu de ses sujets. Pour les guillotineurs de têtes couronnées que nous sommes il est toujours passionnant de voir comment une telle institution a évolué au fil des siècles. Pour visiter dans l’ordre chronologique les demeures des souverains il faut commencer par Rosenborg. Un peu excentré du centre-ville, c’était en fait la résidence de campagne de la famille royale à partir du 18ème siècle. A visiter absolument, avec ses pièces de vie recrées. Vient ensuite Christiansborg construit en 1745. Mais c’est à Amalienborg que réside aujourd’hui la famille royale.

4. Se tenir à carreaux lors de la relève de la garde. Nous n’avons pas assisté à celle de Londres mais d’après les témoignages, celle-ci est beaucoup plus cool, à l’image du peuple danois lui-même qui ne se prend pas au sérieux. Chaque jour, un peloton part du château de Rosenborg pour arriver à midi prendre la relève sur la place d’Amalienborg Slotsplads. Les policiers disposent au mieux le public pour que chacun puisse avoir un bel aperçu de cette habitude pluricentenaire. Tant qu’on est sur la place, autant faire la visite d’une des ailes du palais, dans laquelle sont reconstitués les bureaux des rois du Danemark moderne. Intéressant d’en savoir plus sur leur caractère, leurs faits d’armes, leur rapport aux femmes. En sortant, l’imposante cathédrale de marbre, juste en face, vous tend les bras.

5. Se croire dans Borgen. A cause de plusieurs incendies, le château de Christianborg a été reconstruit à  différentes reprises. L’ensemble actuel date des années 1930. Certes il est encore possible de visiter des reconstitutions historiques, mais l’intérêt réside plutôt dans le fait que Christianborg est un lieu de pouvoir actuellement. Une aile est en effet la résidence du Premier ministre, tandis que l’autre abrite le Parlement, le Folketinget. Parlement qu’il est d’ailleurs possible de visiter accompagné d’un guide, avec des conditions de sécurité largement plus allégées qu’en France (inscription sur Internet possible, mais pas obligatoire). On n’a pas croisé Brigitte Nyborg mais on a apprécié les explications du guide très sympa.

6. Dire bonjour à la Petite Sirène. Avouez que ce serait bête d’aller jusqu’à Copenhague et de ne pas la voir ! LA fameuse petite sirène du conte de Hans Christian Handersen, sculptée en 1913. Mais attention lecteurs, pour ne pas être déçus sachez qu’elle est très excentrée de la ville, toute petite, pas vraiment mise en valeur et surtout qu’elle est posée devant un port industriel sans aucun charme ! Mais bon c’est comme ça, comme tout le monde vous cadrerez au mieux votre cliché pour qu’on n’aperçoive que le bleu de la mer d’Oresund autour 🙂 Il faut par contre y aller à pieds depuis le centre-ville car le chemin est magnifique et traverse le quartier le plus ancien de la ville (17ème siècle), notamment les casernes du Kastellet (la citadelle qui protégeait le port de Copenhague) et les anciennes maisons des vétérans de la Marine, le Nyboder.

7. Parcourir les canaux. De multiples compagnies proposent (pour pas cher, ça change…) de faire un tour sur les canaux et dans le port qui débouche sur la mer de l’Oresund. Promenade vraiment incontournable d’une heure pour comprendre une des facettes que la ville met en avant ces dernières années : son visage portuaire et avant-gardiste en terme d’architecture. De nouvelles constructions design rivalisent les unes avec les autres tout au long du canal menant vers l’Oresund. Notons par exemple le Diamant Noir, extension très réussie de la bibliothèque royale, le Nouveau Théâtre Royal ou le Nouvel Opéra.

8. Se faire sa propre idée du quartier de Christiana. Juste avant, si vous en avez le courage, grimpez les 400 marches de l’Eglise St-Sauveur et de son clocher en colimaçon pour avoir une vue imprenable sur la ville en général et sur le quartier de Christianshavn en particulier. C’est ici, sur plus de 30 ha, que des jeunes ont squatté à partir de 1971 une caserne abandonnée. Ils s’y sont installés pour de bon, y ont aboli la propriété et instauré leurs propres règles. Malgré de nombreux aléas, l’État n’a pas vraiment repris la contrôle de la zone qui aime se présenter comme une « ville libre ». Première liberté qui saute aux yeux : celle de vendre de la drogue (véritable supermarché à ciel ouvert dans la rue centrale). Mais en s’éloignant des endroits les plus provoc/touristiques/centraux, on découvre de coquettes maisons en pleine nature et des familles qui vivent (presque) normalement. Sans payer d’impôts bien sûr, et en ayant un rôle direct dans l’administration de leur vie quotidienne. Bref un très bon plan, un brin éloigné de l’idée hippie du départ…

9. Sortir du centre et découvrir Norrebro. Quelques minutes en bus suffisent pour arriver dans le quartier des immigrés, qui a connu le même phénomène de gentrification que Paris. Les commerces sont plus variés, moins chers aussi. On a surtout adoré le cimetière Assistens, lieu de promenade bien connu des habitants du quartier – et pas du tout glauque. Au contraire, s’en dégage une impression de sérénité grâce à toute la verdure, aux sculptures et aux pierres tombales discrètes. C’est ici qu’est enterré l’auteur de la Petit Sirène, Hans Christian Andersen.

10. Flâner dans Indre By. C’est le centre-ville, à parcourir à pieds ou comme tout le monde à vélo, qui s’étend grosso modo de l’hôtel de ville au sud jusqu’à Nyhavn au Nord. Y sont répartis de nombreux bâtiments dignes d’intérêt comme la cathédrale ou la tour ronde. Stroget est la rue piétonnee la plus grande d’Europe. Les enseignes internationales alternent avec les magasins design typiquement danois. Ambiance très sympa et animée, même si à certaines heures de la journée on peut voir du mal à circuler ! Le calme, on le trouvera dans les rues adjacentes et parallèles, en grande partie piétonnes également, remplies de maisons colorées, de petits cafés hygge, de courettes charmantes

On dort où ? Dans un hôtel si on en a les moyens, mais plus sûrement dans un AirBnB, bien meilleur marché. Nous étions pour notre part dans le Quartier Latin, juste à côté d’Indre By. L’emplacement était idéal et les environs de l’appart, un peu semblables au Marais à Paris, accueillants et attractifs.

On mange quoi ? En principe des smorrebro, la spécialité nationale : une tartine de pain de seigle avec par exemple du hareng ou de l’avocat. Soyons honnêtes : après en avoir vu plusieurs dans des assiettes de gens qui déjeunaient en terrasse, on n’a pas vraiment eu envie de goûter.  Pour picorer du local, le marché couvert de Torvehallerne est une bonne option (pas donnée ceci dit). Paper Island juste à côté de Christianshavn était très réputée pour ses stands de street food. Le hangar est à présent détruit pour être réhabilité mais quelques stands provisoires plutôt bons sont installés en attendant. Les avis Tripadvisor nous ont conduits à des adresses aux produits frais et de bonne qualité, comme la chaîne végétarienne Riz Raz, on s’est régalés ! Le portefeuille restant l’arbitre et garde-fou 😉

On économise comment ? Une virée à Copenhague n’est pas de tout repos pour le portefeuille, au contraire il sera mis à rude épreuve ! Pensez donc à prévoir à l’avance votre hébergement qui devra être le plus central possible, vous permettant ainsi de faire la plupart des visites à pieds, les transports étant très chers. Côté repas n’abusez pas des bagels, le meilleur plan qualité-prix ! Pour les visites pas le choix il faudra casser votre tirelire. Selon votre programme les cartes touristiques sur plusieurs jours peuvent être intéressantes.

Vous aimez ? Partagez...Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Une réflexion au sujet de « Un week-end prolongé à Copenhague : conseils et incontournables »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.