Drapeau_Cuba Cuba

Carte_CubaEn bref

Office du tourisme
Patrimoine Unesco
Les conseils de France diplomatie
Quand y aller
Budget moyen : 30€/jour/personne
Langue : espagnol
Nombre d’habitants : 11 millions (2012)

 

Carnet de voyage à Cuba

Quand
Conditions
Ce qu’on attendait de la destination
Bilan
Nos conseils
Où nous sommes allés
La prochaine fois
Galerie photos

Quand : 2 semaines l’été 2005

Conditions : voyage organisé en petit groupe, Cuba d’est en ouest ; visites culturelles et quelques journées de repos en tout inclus

Ce qu’on attendait de la destination : Cuba, son histoire et son ambiance insulaire nous attirait depuis de nombreuses années. C’était un rêve dans lequel, étudiants à l’époque, nous avons mis beaucoup d’économies.

Bilan : Le voyage a été à la hauteur de nos espérances et même au-delà. L’île, son ambiance, ses habitants, tout est attachant. Mais il faut sans cesse se rappeler que si on a l’impression formidable d’être retournés dans les années 60 (vieilles voitures, pas de publicité ni de présence de la société de consommation) c’est dû à l’embargo imposé aux Cubains depuis 1962, ce qui en fait le plus long du monde. En 2010, Raul Castro a partiellement ouvert la possibilité pour les particuliers de gérer leur activité. Il est maintenant possible de dormir dans dans une casa particular, c’est-à-dire chez l’habitant.

Nos conseils : profitez de l’ouverture – relative – de l’économie sur place pour organiser votre propre voyage, de la voiture de location aux chambres chez l’habitant. Dépêchez-vous même d’y aller avant que les Américains (avec qui les relations se réchauffent) changent de manière irrémédiable l’île, et sûrement pas pour le meilleur. Apportez des biens de consommation courante pour laisser à vos hôtes qui vivent au jour le jour les conséquences de l’embargo : les chemises et robes neufs ou de deuxième main les raviront.

Où nous sommes allés :

Santiago de Cuba : 2ème ville du pays, elle est certainement moins connue que La Havane mais était à l’origine la capitale du pays. C’est une ville habitée surtout par une population noire, descendants d’esclaves au 16ème siècle. C’est la patrie de la santeria, pratique religieuse très particulière aux influences africaines très marquées : on y vénère des divinités appelées orishas que ce site vous présentera une par une.
Attention ça grimpe beaucoup ! La ville fut le théâtre du début des affrontements de 1953, premier coup d’Etat de Fidel Castro qui se soldera par un échec cuisant, la mort de 80 personnes et son emprisonnement. On peut encore visiter la caserne de la Moncloa, qui en porte toujours les traces et est devenue un musée consacré à la Révolution. L’alliance française semblait lors de notre venue très active ; pensez à apporter pour offrir des revues et autres livres de poche.

unescoNous avons passé quelques heures dans le Château de San Pedro de la Roca, qui offre un très beau panorama. Construit au 17ème siècle, ce vaste ensemble de forts, de magasins, de bastions et de batteries est l’exemple le mieux préservé d’architecture militaire hispano-américaine.

La route vers l’est donne certes mal au cœur avec ses nombreux virages mais est incroyable. On passe de falaises semi-désertiques aux montagnes en quelques kilomètres, avant de débarquer dans une végétation luxuriante essentiellement constituée de bananeraies. Au loin, on aperçoit Guantanamo, petit territoire « loué » par les Américains (même si Cuba refuse le loyer depuis 1960), mais surtout lieu de détention hors de tout cadre juridique.

a_vous_bon_sonA vous le bon son ! : Presque partout, de La Havane aux petites villes de province, on est assailli de musique. C’est la maman qui fait le ménage toutes fenêtres ouvertes au son de son morceau préféré, ce sont des gamines qui dansent dans la rue, là une chorale et bien sûr les inévitables groupes itinérants reprenant les classiques tels que le magnifique « Chan Chan » La musique est partout, forte, festive, envoûtante. C’est ici que nous avons découvert le groupe phare de rap cubain Orishas (vous vous rappelez, les divinités de la santeria) qui a su se faire un nom à l’étranger et que nous avons ensuite vu plusieurs fois en concert. Leur morceau le plus connu est 5.3.7 CUBA avec un magnifique clip.

Baracoa, découverte par Christophe Colomb, elle fut la première ville construite par les Espagnols en Amérique. A l’extrême est de l’île, ce n’est plus qu’un gros bourg assoupi, dans un écrin de verdure (bananeraies, cocoteraies). Ici encore c’est l’ambiance, la langueur, la musique qui marquent.

unescoPICT0102Parc national Alejandro de Humboldt. Nous n’y sommes restés que très peu de temps et honnêtement on ne s’en souvient plus trop. Il est apparemment classé à l’UNESCO en raison de sa grande richesse biologique et géologique, qui nous a donc échappée.

unescoCamaguey, troisième ville du pays et capitale des tinajones (sorte de grosse jarre). Là encore un très beau quartier colonial, mais aussi un dédale de rues réputées pour être un vrai labyrinthe. C’est ici que nous avons été « invités » par un Cubain à entrer dans une boutique de rationnement, devant laquelle attendaient de nombreuses personnes munies de leur carnet. Il nous a expliqué que pour la semaine, chaque famille en fonction de sa composition avait un minimum garanti en aliments de base : œufs, lait, pain… Alors bon, avec ce système personne ne meurt de faim, mais le minimum nous semblait surtout être le maximum pour ceux qui n’avaient pas de quoi se débrouiller, le salaire ne suffisant pas. Ce n’est pas quelque chose que les touristes sont censés voir et ça a peut-être changé depuis – nous le souhaitons pour les Cubains en tout cas !

unescoCienfuegos : moins connue et moins fréquentée, la 4ème ville du pays vaut le détour pour son architecture néo-classique. Nous nous y sommes arrêtés que quelques heures pour une balade en ville.

unescoPICT0208Trinidad, classée sans surprise au patrimoine de l’UNESCO. En évitant les groupes de touristes (ce fut notre cas), on peut profiter de la tranquillité du cœur historique, de la plaza mayor et du museo romantico (ancienne demeure meublée comme au 19ème siècle). Une étape absolument délicieuse dans une ville propre et impeccablement préservée. Lors de notre venue nous avons été témoins d’une Quinceañera « fête des 15 ans » d’une jeune Cubaine, moment impressionnant où la jeune fille, habillée en blanc (on dirait une mariée) déambule en voiture ancienne entourée de sa famille, de ballons et musique.

unescoLa Havane, la plus grande ville des Caraïbes. Ce nom évoque tout un tas d’images et le cœur historique de la ville, la Habana Vieja, est à la hauteur des attentes. Vous tomberez immanquablement sur El Capitolio, ancien siège du gouvernement de Cuba, aujourd’hui Académie des sciences et sur la magnifique cathédrale. De sa maison aux bars qu’il a fréquentés, n’oubliez pas de partir sur les traces presque fraîches du grand Ernest Hemingway qui y vécut dans les années 1930 et 1950. Un des rares endroits avec Key West où l’auteur s’est senti bien. Jolie promenade à faire avec tout le monde sur le Malecon, la corniche de 8 kilomètres qui court jusqu’au quartier de Miramar. Nous avons par contre trouvé qu’il était moins facile d’entrer en contact avec les Cubains ici que dans les villes de province.

unescoPinar del Rio et la vallée de Vinales offrent des paysages à couper le souffle et une particularité : les mogotes, sortes de petites collines de calcaire abruptes couvertes de végétation. Entre elles, les champs de tabac et de canne à sucre. A pied et en barque, nous avons ensuite visité la grotte de l’Indien. Quand on pense au Cuba du début de l’aventure, à celui de Baracoa et de tout l’est de l’île, on a vraiment l’impression d’être dans un autre monde.

Varadero : rien d’autre à faire que flaner sur cette plage de sable blanc de 20 km de long… L’une des plus belles et avec la mer la plus agréable que nous ayons connue. Mais pitié ne venez pas uniquement pour ça, il y a tellement de choses à voir sur l’île !

La prochaine fois : Santa Clara : la petite ville où est enterré Che Guavara. Cayo Coco et les îles autour, pour de nouvelles plages de rêve avec beaucoup moins de touristes qu’a Varadero.

Un peu de musique en regardant les photos ? Chan Chan du Buena Vista Social Club.

Vous aimez ? Partagez...Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *