Potosi et Tupiza : la route du sud

DSC040043 heures de bus depuis la belle Sucre suffisent à nous faire entrer dans un autre monde, celui de Potosi, de son histoire pénible et de ses mines toujours exploitées. Ici, il fait froid, dans les rues poussiéreuses à 4000 mètres comme dans la vie de ses habitants, parmi les plus pauvres du pays. Difficile de se dire que pendant des siècles, Potosi était la ville la plus riche du nouveau monde, celle qui permit à l’Espagne de bâtir son empire et par ricochet à toute l’Europe de s’enrichir.

De la montagne Cerro Rico furent extraits (par des esclaves) des tonnes d’argent, l’équivalent de 50 milliards de dollars, qui ont changé la face du monde. Avec 160 000 habitants au 16ème siècle, Potosi était plus grande que Paris ! Pour nous plonger dans cette histoire, nous visitons la Casa de la monedaDSC04015, plus grand bâtiment colonial construit par les Espagnols en Amérique. C’est là qu’étaient produites les fameuses pièces d’argent. Les Indiens et Africains forcés d’y travailler par les Conquistadores n’y survivaient que pendant quelques mois (les estimations parlent de 6 à 8 millions de morts !), pour remplir des bateaux de pièces d’argent envoyées au roi d’Espagne… Aujourd’hui, presque plus d’argent dans la mine, mais elle est toujours exploitée pour l’étain et le zinc notamment. Des « tours » pour touristes proposent d’y descendre pour une 1/2 journée à la rencontre des mineurs, parfois « avec une explosion de dynamite garantie ». Vraiment non merci, on passe notre tour. On visite par contre le beau couvent Santa Teresa, avec une guide passionnante qui nous raconte la vie des nonnes carmélites ; envoyées par de riches familles européennes, elles entraient à 15 ans au couvent pour ne plus jamais avoir de contacts avec l’extérieur – quelle angoisse Potosi décidément !

DSC04043DSC04099Nous continuons ensuite notre route vers le sud, vers le salar d’Uyuni et le Sud Lipez, un des moments forts d’un voyage en Bolivie, avec les paysages parmi les plus beaux au monde. 2 possibilités pour les découvrir : partir d’Uyuni, ville créée pour le tourisme au milieu du désert, ou partir de Tupiza – ce que nous choisissons. Nous y passons une journée pour préparer notre périple avec Adrien et Pauline, 2 tourdumondistes qu’on croise depuis le Pérou. La ville n’est pas tellement plus accueillante que Potosi, mais elle a un vrai côté western qui est assez étonnant. Surtout, ses environs sont grandioses, comme nous le découvrons lors d’une longue sortie à cheval au milieu de diverses quebradas (formations rocheuses aux couleurs éclatantes).

DSC04106

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.