Nouvelle-Zélande : bilan et conseils pratiques

nouvelle_zelande20 jours
3300 kilomètres (répartis quasiment à part égale sur chacune des 2 grandes îles)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Repas :

Vous voulez dire les curry, butter chicken et autres cheese nan ? Pour être honnêtes, en Nouvelle-Zélande nous avons presque uniquement mangé indien. Beaucoup d’expatriés du sous-continent sont en effet installés dans l’archipel et proposent des repas à un très bon rapport qualité-prix. Mais il y a aussi beaucoup de nourriture chinoise, japonaise, américaine et bien sûr anglaise avec notamment de bons fish and chips. Les prix sont corrects et on peut manger toute la journée. Take away (vente à emporter) et doggy bag très courants.
 

Hébergement :

Plusieurs possibilités très différentes suivant ce que l’on aime. Les auberges de jeunesse, surtout dans les grandes villes, nous ont semblé beaucoup plus jeunes qu’en Amérique du sud. Les B&B sont présents dans tout le pays, même dans de petites villes : une bonne option pour aller à la rencontre des habitants, dans un décorum souvent très british. Nous, ce qu’on a préféré et trouvé le plus pratique, ce sont les motels. Contrairement aux Etats-Unis, il ne s’agit pas ici de chambres glauques appartenant à de grandes chaines, mais de vrais petits appartements avec cuisine, terrasse, et même parfois un spa. Ils appartiennent en général à des familles, qui y apportent beaucoup de soins et parfois de vrais efforts de décoration. On y a toujours été très bien accueillis, avec une petite bouteille de lait en guise de cadeau de bienvenue (une habitude ici) et des conseils pour visiter les environs. On a presque toujours pu discuter le prix ou obtenu un upgrade, sympa ! Un point commun à tous les hébergements : le check-out est à 10H 🙁
 

Transport :

Prendre un campervan ou une voiture ? On s’est longtemps posé la question mais on ne regrette pas d’avoir prix une voiture. Déjà, la location nous est revenue à moins de 10€ par jour. Avec la pratique, on a surtout vu/compris les désavantages du van : beaucoup plus cher et moins confortable, accès interdits dans les grandes villes et sur certains chemins, interdiction de camper à certains endroits si le van n’est pas self-contained (comprendre avec sanitaire) etc… Pour un circuit classique qui reste autour des points touristiques, le combo voiture-motel permet de tout couvrir, avec le wifi et la douche, pour un prix même inférieur au van ; bref il n’y a pas photo !
 

Environnement :

La Nouvelle-Zélande est sans conteste un pays vert, dont les habitants ont compris l’importance de la préservation de l’environnement. Pour entrer dans le pays, il faut montrer patte blanche : n’avoir aucun fruit, légume ou bois sur soi, présenter ses semelles de chaussures etc… afin que rien ne puisse abîmer les espèces endémiques de l’archipel. Depuis la colonisation britannique, beaucoup a déjà été perdu, dans les espèces animales comme végétales, les forêts ont été ravagées au profit de l’élevage etc… Le fléau actuel est la présence massive d’opposum partout dans le pays, qui met en péril les espèces locales. Nous, on n’a vu aucun opposum vivant, mais des dizaines écrasés sur la route, qu’aucun kiwi ne viendra pleurer d’après ce qu’on a compris.
 

Patrimoine :

Le patrimoine naturel est donc très bien préservé, avec des treks partout, très bien indiqués, des panneaux explicatifs, des guides pédagogiques distribués partout etc… Mention spéciale aux isite, offices du tourisme présents sur tout le territoire, qui sont vraiment les premiers points à visiter sur chaque étape ; l’accueil y est super, les informations pertinentes et à jour, le wifi gratuit et les réservations sans commission ! Pour ce qui est du patrimoine des villes, la jeunesse du pays se ressent cruellement. A part à Christchurch ou Auckland, presque aucun bâtiment historique à visiter. Plus gênant : toutes les villes moyennes sont construites « à l’américaine ». Les premiers signes urbanisitiques sont les centres commerciaux et les fast foods, puis des zones résidentielles sans trottoir, puis c’est fini ! Il n’y a pas de centre-ville, pas de lieu où se retrouver. Après l’Amérique du sud où le moindre village possède une place centrale où tout le monde passe des heures, ça change !
 

Sécurité :

Sans doute l’un des pays les plus sûrs au monde et ça se voit. Les policiers sont très peu présents et ont l’air de prodigieusement s’ennuyer. On en a vu faire des photos au bord d’un lac, s’arrêter auprès d’une borne wifi, aller chercher des pizzas… Du coup le moindre fait est relaté à la radio, comme un viol ou un coup de feu.
 

Ces trucs qui nous ont étonnés :

– On s’en est rendus compte au bout de quelques heures : ici il y a un vrai « mouvement » des pieds nus ! Ce n’est pas une mode récente ni une revendication quelconque, mais un style de vie, qui vaut aussi bien chez les jeunes que chez les vieux, à la campagne comme en ville. Après avoir vu des mecs se brûler la plante des pieds sur le bitume ou un autre faire son jogging comme ça, on avoue ne pas vraiment avoir été convaincus.
– Les prix peuvent être discutés. Etonnant ! On a vite compris ça dans les hôtels, mais c’est aussi vrai dans certains magasins par exemple. Pour les restaurants take away : les invendus sont bradés juste avant la fermture – pensez-y !
– Un petit plaisir pour les frileux que nous sommes (même si on ne les a pas trop utilisés en cette saison) : les electric blankets ! Tout simplement des draps chauffés avec une télécommande. Tous les motels en sont pourvus.
– Tout ferme très tôt, attention ! Magasins, administration mais aussi offices du tourisme : à 17H30-18H, c’est fini ! Le samedi c’est très calme, et le dimanche on n’ouvre pas du tout.
– Encore une réminiscence britannique : les jardins botaniques sont très nombreux, et les rose gardens encore plus. Souvent financés par des mécènes, ils offrent d’agréable lieux de promenade, parfois les seuls de certaines villes champignons.
– Nous avons remarqué une propension de plusieurs villes néo-zélandaises à s’auto-proclamer pour des raisons touristiques « capitales mondiales » – rien que ça ! Citons par exemple Havelock capitale mondiale de la moule, ou Taugari capitale mondiale de la pêche à la truite !
– Les oiseaux sont incroyables. Nous nous en sommes rendus comptes dès la visite du zoo d’Auckland, et n’avons ensuite cessé d’en rencontré sur notre passage. Les oiseaux endémiques n’avaient pas de prédateurs à fuir et n’ont donc pas développé d’ailes pour leur échapper. C’est le cas du fameux kiwi, emblème du pays, mais aussi du tekeha. Les autres oiseaux croisés sur notre route se distinguent par une effronterie incroyable : weka et autres fantails viennent se coller à vous, voire fouiller vos affaires. Enfin, plusieurs espèces d’oiseaux font des bruits très spécifiques, semblables à une sonnerie de téléphone. Rare mais très surprenant quand on entend ça dans la forêt !
 

Nos étapes :

– Thames (Coromandel), récit, hôtel The Junction 3/5
– Rotorua, récit, motel Aywon 5/5
– Wellington, récit, Spacious one bedroomed apartment 5/5
– Wanaka, récit, résidence Alpine Resort Wanaka 4/5
– Christchurch, récit, motel 175 Metropolitain 4/5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.