Cuenca, la classe

IMG_9300Dernière étape dans la Sierra (les Andes équatoriennes), Cuenca est la 3ème plus grande ville du pays. Nous y passons près de 3 jours, avec comme base une belle demeure coloniale transformée en hôtel, l’hostal Iñes Maria. Un environnement raffiné et un personnel super, un endroit que nous vous recommandons.

 

Le ton est donné, Cuenca, dont le centre historique est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO détonne par rapport aux autres mégapoles pressées que sont Quito et Guayaquil. Ici, on flâne dans les rues, les yeux levés vers les magnifiques maisons coloniales, on peut visiter une église à chaque coin de rue, et presque aussi fréquemment s’arrêter dans un salon de thé déguster un gâteau (ce dont nous ne nous priverons pas).

Citons parmi les incontournables :
– la cathédrale de l’Immaculée Conception, 2ème plus grande d’Amérique latine, qui offre depuis sa terrasse une super vue
– le marché aux fleurs juste à côté
– le musée de las Conceptas niché dans un ancien couvent
– le parc Pumapungo qui abrite les vestiges incas de la première ville
– la visite d’un atelier-boutique de paja de toquilla, le fameux panama vient en effet d’ici ! Amandine en achète un chez le célèbre Homero Ortega. Reste à voir comment on va prendre soin de lui (ne pas le plier car les fibres risquent de casser) pendant ces prochains mois…

On peut aussi bosser son espagnol astronomique lors d’une projection intéressante au planétarium (gratuit).

Notre rencontre la plus étonnante : une vieille dame invalide qui fait à l’occasion visiter sa maison-musée Sumaggla sur les bords de la rivière Tomebamba. Amandine mobilise toutes ses connaissances en « espagnol Assimil » pour comprendre que la vieille dame vient d’une famille aisée et a voyagé plusieurs mois en Europe, voyage dont elle garde des souvenirs intacts, notamment de la Tour Eiffel. Elle pleure presque quand on lui offre un petit porte-clé Tour Eiffel (on en a emporté une cinquantaine pour distribuer un peu partout). Elle nous parle aussi de la crise des « migrants » et du krach boursier chinois, rien que ça ! Une belle rencontre, l’image qu’on gardera de Cuenca !

4 réflexions sur « Cuenca, la classe »

  1. FERRANDIZ Claude

    Je suis votre voyage avec grand intérêt.
    Professeur d’Espagnol au Lycée Jean Moulin de Torcy, je suis en retraite depuis septembre 2014.
    Premier grand voyage en Amérique Latine l’année dernière: Patagonie argentine et chilienne. Une merveille!
    Nous partons avec ma femme Justi en Equateur (+ Galápagos) en novembre.
    Nous avons des amis équatoriens.
    Les équatoriens sont très accueillants. Vos témoignages montrent que c’est vraiment le cas.
    Cet été, nous avons discuté à l’aéroport de Madrid avec un groupe folklorique de l’Université de Loja qui venait passer plusieurs semaines en France et participer à différents festivals. Ces jeunes étaient particulièrement chaleureux et agréables.
    ¡Feliz viaje!

    Répondre
    1. Amandine & Rida Auteur de l’article

      Bonjour ! Merci de nous lire. En tant que germaniste ancienne élève de Jean Moulin je ne vous ai pas eu en cours mais essaie de perfectionner mon espagnol, les Équatoriens parlant -je trouve- très distinctement. Vous avez de la chance de venir bientôt. Nous préparons un grand article sur les Galápagos où nous serons restés près de 10 jours, en espérant qu’il vous sera utile. Gros coup de cœur pour cette destination incroyable !

      Répondre
  2. ABELA Michèle

    Bonjour. Je vous suis depuis votre départ mouvementé. Je suis une amie des « Restos du Cœur de Torcy. Je travaille avec Jocelyne qui m’a dit que vous embarquiez pour les Galápagos et qui n’a pas voulu nous dire (secret oblige) votre destination à Noêl et au Jour de l’An. C pas grave on attendra.
    Gros bisous à vous deux et bonne route.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.