Chili : bilan et conseils pratiques

chili28 jours
5900 km (vols intérieurs, bus et voiture de location)

 

Repas :

Pas mal et surprenants. La qualité des produits est au rendez-vous, qu’il s’agisse des poissons (avec une côte pareille, le contraire aurait été dommage) ou de la viande (par exemple le délicieux mouton de Patagonie). On a adoré les sushis d’ici, qui sont en fait surtout des rolls énormes mais faits avec des recettes qu’on ne connaît pas et avec du poisson bien frais. Niveau fast-food, c’est étonnamment pas mal, avec plusieurs chaînes locales d’un bon rapport qualité prix, dont Juan Maestro qui fait des sandwichs et burgers très frais et avec une viande de qualité. L’en-cas auquel on ne peut échapper ici est le completo qui est un hot-dog surmonté de purée d’avocat, de tomates en carré et de mayonnaise. C’est vraiment le moins cher (2€). Écrit comme ça ça peut dégoûter mais en fait ça passe bien ! On a aussi le churrasco, avec de la viande de bœuf noyée dans du fromage fondu et mise dans un sandwich. Pas mal de gâteaux d’inspiration allemande aussi. Très appétissants mais pas donnés…

Hébergement :

Plutôt très bon. Pour 30 000 pesos (une quarantaine d’euros) on a tout ce qu’il faut, avec en général un très bon accueil. Wifi toujours au top (flagrant après la Bolivie). Nous avons souvent choisi des chambres en maison d’hôtes ou dans des auberges familiales, un très bon moyen d’avoir les bons plans du coin et d’être chouchoutés ! Tarifs parfois négociables pour plusieurs nuits.

Transport :

Le plus pratique vu la géographie du pays : l’avion ! Nous avons pris 3 vols intérieurs. Même réservés quelques jours avant, les tarifs restent attractifs avec la compagnie nationale (la LAN). Pour les trajets moyens, le bus est plutôt confortable, avec la compagnie TurBus par exemple. Pour plus d’indépendance, la location d’une voiture ne pose aucun souci (indispensable pour Torres del Paine). Bonnes routes, conduite respectueuse des Chiliens, et surtout magnifiques panoramas surtout en Patagonie.

Environnement :

Il y a ce qu’on voit : des villes impeccables – quoique très taggées à certains endroits – bords de route, plages et paysages sans déchets. Il y a aussi ce qu’on ne voit pas mais que le gouvernement a du mal à cacher : les problèmes de surpêche et la déforestation dans la région des lacs…

Patrimoine :

Très bien mis en valeur, avec la gentillesse des Chiliens en bonus. Chaque ville, même d’importance moyenne, a son musée qui retrace son histoire. Musée dont l’entrée ne coûte presque rien et est souvent gratuite le dimanche. Les parcs nationaux sont très bien mis en valeur, avec des cartes et indications très claires, des gardes concernés, des facilités partout. Bravo !

Sécurité :

RAS de ce côté là ! Le Chili est l’un des pays les plus sûrs d’Amérique latine. A part quelques quartiers de Valparaiso, vraiment aucun souci. Bon après il y a la question des tremblements de terre, mais ça c’est autre chose !

Ces trucs qui nous ont étonnés :

– Les Chiliens, considérés comme un peu à part et austères en Amérique latine, nous ont au contraire d’emblée semblé très très sympa. Pas une journée sans une conversation, sans que des gens s’intéressent sincèrement à nous et à notre parcours. Même le pompiste ou l’ouvrier de la route t’aborde avec un grand sourire. Respect des piétons, sens du commerce, bref tout bon !
– Les Chiliens sont aimables et bavards MAIS parlent (très vite !) un espagnol… chilien. Les chilenismos sont nombreux et souvent impossibles à comprendre. Par exemple le « dulce de leche » de toute l’Amerique latine est ici du « manjar ». On ne dit pas « pequeño » mais « chico ». L’accent est l’un plus durs à saisir d’Amérique du sud. A Santiago nous avons rencontré un expatrié péruvien (hispanophone donc) qui nous a confié qu’à son arrivée il ne comprenait rien non plus !
– Le Chili a une des géographies les plus étonnantes du monde, avec une côte s’étendant sur plus de 6000 km de long. Pas facile à représenter sur les cartes. Dans tous les musées où nous sommes allés, sur les cartes officielles etc… le pays est donc représenté… couché !
– Mauvaise habitude assez récente, dans les lieux touristiques mais plus uniquement : 10% de propina sugerida sont ajoutés à l’addition dans les restaurants. 10% c’est beaucoup, surtout qu’on a vu dans pas mal d’endroits des serveurs assez relax, au point de manger en même temps que leurs clients. Astuce : avoir toujours de la monnaie pour donner (ou pas) le pourboire désiré.
– Comme dans d’autres pays dont la France, on rend hommage aux morts sur les lieux des accidents. Sauf que là, en bord de route, de véritables chapelles ont été érigées !

Nos étapes :

– San Pedro de Atacama, récit, hostal Elim 4/5
– La Serena, récit, hostal las Luces 3/5
– Valparaiso, récit, Yellow House 4/5
– Santiago, hostal Lago de Plata 4/5
– Punta Arenas, récit, hostal Labarca 5/5
– Puerto Natales, récit, Isla Morena 4/5
– Ile de Paques, récit, cabanas Makupuna 5/5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.